Recherche

Sur l’atellane

Thèse de doctorat

Édition critique et commentée des fragments des Atellanes, Thèse de Doctorat sous la direction de M. le Professeur Charles Guittard (université de Paris X – Nanterre) soutenue le 1er décembre 2012.

Maccus Maccus vis à vis

Journées d’étude sur l’atellane

Je signale ici la publication des actes de la première journée d’étude consacrée à l’atellane :

L'Atellana letteraria. Atti della prima giornata di studi sull’Atellana a cura di Renato Raffaelli e Roberto M. Danese, Letteratura e Antropologia, Quattro Venti, 2010, 176 p., ISBN 978-88-392-0903-0.

À la fin de ce volume se trouve mon étude sur « The titles of the Atellanae : an Attempt at a Typology ».

Publication Deuxième publication

Voir aussi le deuxième volet: L’Atellana preletteraria: atti della Seconda Giornata di studi sull’Atellana, Casapuzzano di Orta di Atella, 2011, 162 p., ISBN 978-88-392-0961-0.

Articles et conférences

  • « Les jeux de mots dans l’atellane », Mélanges en l’honneur de Charles Guittard [à paraître];
  • « Un aspect de la difformité: l’exemple des personnages d’atellanes », Colloque « Monstres et monstruosité », Paris-Nanterre/ENS, 11 et 12 mai 2018;
Affiche du colloque
  • « Les masques de l’atellane », Colloque international « Le masque à Rome et dans l’empire romain », MSH Paris Nord, 27 et 28 mars 2018 (voir le programme);
  • « The titles of the fabulae atellanae : an attempt at a typology », communication présentée lors du Symposium cunanum sur « Early Latin Comedy and Satire in Magna Graecia and Rome », 15-18 juin 2005 (publié dans L’atellana letteraria. Atti della Prima Giornata di Studi sull’Atellana, QuattroVenti, 2010);
  • « Atella et l’atellane : la part de l’héritage osque dans la définition de l’atellane », communication présentée lors des journées d’études sur les Identités romaines, ENS-Ulm, 27-28 avril 2007;
  • « Plaute et l’atellane », étude présentée dans le cadre du séminaire de DEA de M. le Professeur Marc Baratin (université de Lille III, 2002).

Sur l’Antiquité à l’écran

L’utilisation des technologies numériques dans la série Rome: un effacement pour une nouvelle esthétique.

Journée d’étude Antiquité 2.0, INHA, 11 décembre 2014.

Présentation de la communication

Le sujet abordé dans cette communication porte sur le rapport de la série-péplum Rome aux technologies numériques dont on constate qu’elles occupent une place réduite. Se trouve en conséquence renouvelée la façon dont la fiction représente l’Antiquité. En effet, cet effacement relatif du numérique contribue à proposer une vision plus authentique et plus vraie du monde romain, loin de l’imagerie d’Hollywood et des clichés du genre: Rome, de cette façon, bouscule véritablement les représentations contemporaines de l’imaginaire de l’Antiquité, tributaires des grandes productions hollywoodiennes des années 60.

S’il est vrai, comme l’écrit Claude Aziza, que depuis Gladiator « le numérique remplace l’idéologique » (cf. Le péplum, un mauvais genre, Klincksieck, 2009), on assiste avec Rome à l’émergence d’une nouvelle esthétique du péplum liée à une utilisation raisonnée des techniques récentes d’effets spéciaux numériques. Cette posture face au numérique s’inscrit-elle en rupture avec ce qu’on peut observer au début des années 2000, que l’on désigne aujourd’hui comme le « troisième âge d’or » du péplum? Le recours massif au numérique a été en effet perçu comme un outil efficace permettant de montrer une Antiquité colossale et grandiose. Mais il a pu également araser en partie l’identité du péplum pour en faire un film spectacle ayant pour toile de fond l’histoire antique qui ne sert plus, dès lors, que de prétexte.

En s’appuyant sur l’analyse d’un certain nombre de séquences, on montrera que Rome, à l’opposé, sans refuser le recours aux effets spéciaux numériques (la preuve en est que l’épisode « Le vol de l’aigle » a obtenu l’Emmy Award des meilleurs effets spéciaux en 2006), les utilise de façon à privilégier une approche « naturaliste » pour reprendre un terme employé par les créateurs de la série eux-mêmes, ou, plus exactement, de façon à privilégier les effets de réel afin de donner à voir une Rome plus vraisemblable, « The Hot, Wild City ».

L’Antiquité au cinéma à travers un exemple : Ulysse et les frères Coen ou une réécriture parodique de l’Odyssée

J’ai proposé cet article pour la revue Connaissance Hellénique de juillet 2012: cette revue publie des articles sur les divers aspects de la civilisation et de la langue grecques (histoire, religion, mythologie, philosophie, linguistique, actualité littéraire, explications de textes anciens, traductions de textes d’auteurs contemporains, etc).

links

social